Samedi

 

ESPACE SALLE / CHAP.

Grand Hotel

Dans un vieil hôtel, autrefois luxueux mais aujourd’hui un peu délabré, trois amis se tiennent debout, face à face, armés de leur seul instrument, sur une moquette rouge impériale passée. De leur trompette, violon et guitare, s’échappent des airs surranés, entre folk us et western italien. Des mélodies et quelques mots sifflés, portés par un harmonica ou une grosse caisse qui porte à peine son nom, « Grand Hôtel » puise dans ces sonorités acoustiques son retour aux sources musicales.

Camille BazBaz

Camille Bazbaz est un musicien franco-libanais qui présente un mélange personnel de chanson à base de blues, de dub, de reggae, et de rock. Son ton détaché, ses textes au parfum doux-amer et son amour de la femme rendent sa production particulièrement attachante. Son projet solo commence dans les années 90, une période riche en rencontres dans le milieu du hip-hop, notamment avec Joey Starr qui intervient sur son premier album Dubadelik qui sort en 1996. Nominé dans la catégorie meilleur musique de film avec la BO de En liberté. Son prochain album est prévu pour le printemps 2019 ! C’est un Bazbaz tout neuf qui nous arrive, neuf comme le nombre de ses albums…plus frais, plus crooner, plus lover que jamais.

Tabasstucada

fanfare du perche pour vous faire voyager vers le second site du festival pour poursuivre la soirée

Quel est ce grondement sourd qui gagne la plaine ? Esprit malin, génie coquin ou grand manitou ? Des silhouettes irréelles se dessinent, poils et plumes frémissantes, os et perles cliquetantes. Jeudi chaman, zoulou, iroquois, vendredi sauvage et baron samedi. La tribu perchée descend des collines, à l’appel du sifflet brandit breloques, grigris, tambours et baguettes. Prière vacille, laisse place au grand tourbillon, fin prêt pour l’éruption…
Les Zurlupercus tabass’tuk !

info à venir

La Caravane Passe

Autour de Toma Feterman (chanteur, auteur et compositeur du groupe), également connu sous le nom de John Lenine au sein du Soviet Suprem), le groupe est resté intact et soudé depuis 15 ans, avec Olivier Llugany (au fiscorn et chant), Zinzin Moret (sax), Ben Body (basse) et Pat Gigon (batterie). 15 ans de tournées, 5 albums, 1 disque live, et 1 « Opéra-Gypsy-Rock » mythique : Le Vrai-Faux Mariage. Fort de ses collaborations avec notamment Sanseverino, Rachid Taha, R.Wan, Marko Markovic, Stochelo Rosenberg, ou encore Tom Fire, le groupe a su puiser dans les musiques les plus variées, tout en gardant sa couleur propre et originale. Quand la Caravane passe, elle donne envie au sédentaire de monter à son bord et d’aller faire un tour. Un tour de piste pour commencer, mais qui pourrait pousser au tour du monde.
…Même Drucker a la touche manouche.

Tekemat

Duo de transe acoustique – Performance. TEKEMAT est né en 2017 de la rencontre de deux musiciens qui partagent le même goût pour la musique répétitive dite « techno » et les sons acoustiques. C’est bien un duo drum and bass, mais d’un genre nouveau. Le soubassophone navigue entre lignes de basse en double son et respiration continue façon Didgéridoo. Les éléments de percussions posés à même le sol ou la batterie sonnent comme des programmations électro. Quand Matthieu Garreau à la Batterie rencontre Matthieu Letournel au Sousaphone, ça vous met dans tous vos états, une transe vous parcourt de la tête au pied, et le seul remède bouger, vivre l’instant. Le pari est réussi pour ce « sound system acoustique » qui fait à coup sûre danser les foules.

Brain Damage

Avec la réalisation de 14 albums et plus de 700 concerts, Martin Nathan multiplie depuis 20 ans les propositions artistiques les plus aventureuses et diverses, sous le nom de Brain Damage. Considéré comme l’un des fondateurs de la scène dub en France, il y crée dès 1999 l’un des premiers live machine du genre, influençant toute une génération d’artistes, se réclamant de son héritage. Son côté visionnaire l’amène dès le début des années 2000 à collaborer avec certains maîtres du genre de la scène britannique (Zion Train, Alpha & Omega, The Disciples). Producteur insatiable, consécutivement à la sortie de ses deux premiers albums sur le label parisien Hammerbass, il rejoint en 2006 l’écurie Jarring Effects pour une trilogie d’opus expérimentaux. En 2011, il produit en compagnie du groupe High Tone, le projet High Damage, en forme de point d’orgue à l’apogée de la scène « french dub touch » historique. Evoluant désormais au sein d’un environnement nettement rajeuni, il réunit un an plus tard les cultures dites « sound system » et « live », hélas bien trop souvent opposées, avec la magistrale réalisation de l’album fédérateur « Empire soldiers », en compagnie du britannique Steve Vibronics, autre incontournable pionnier du genre. Puis il se rend en Colombie pour produire l’un de ses albums les plus inattendus, au charme imparable, entièrement en langue espagnole, lui permettant de s’affranchir de certains modèles anglo-saxons omniprésents, y compris dans sa propre discographie.

Freaky Club

Ne voulant plus rougir devant la nightlife de Berlin, Londres ou Ibiza , le collectif Get Your Freak décide d’ouvrir un espace entièrement consacré aux musiques électroniques undergrounds. Détenteur du titre du « plus petit club de France », décerné par le (G.W.R.A.S.V.C) Guiness Word Records Academy Awards Society of Villiers-Charlemagne. Le Freaky Club, c’est 1 salle, 18 ambiances, du gabber de Rotterdam au folklore des Balkans et passant par la Compagnie Créole.
Attention ! Tenue correcte interdite et places très limitées.